"Les choses ne sont pas toujours belles derrière les façades. C'est la même chose avec les êtres humains", dit un beau jour Sigmund Freud à l'une de ses filles. David Teboul à qui l'on devait déjà Bardot, la Méprise et plusieurs document...

"Les choses ne sont pas toujours belles derrière les façades. C'est la même chose avec les êtres humains", dit un beau jour Sigmund Freud à l'une de ses filles. David Teboul à qui l'on devait déjà Bardot, la Méprise et plusieurs documentaires sur Yves Saint Laurent, s'intéresse cette fois au père de la psychanalyse. Il lui consacre un joli portrait, poétique et hypnotique, en noir et blanc jouant avec les photos et les images d'archives. Un docu basé sur la correspondance de Freud, à laquelle il consacrait quelque trois heures par jour. Un Juif sans dieu raconte l'homme et le penseur, expose ses talents de conteur et sa rigueur d'analyste, déroule le long fil de sa réflexion. Il y est question de père, de mère, d'enfants. De masturbation, d'autodestruction et d'interprétation des rêves (voie royale pour connaître l'inconscient). De ça (le monstre en chacun de nous), de surmoi (qui veille à la fonction morale, juge et impose, condamne et punit) et de moi (la lutte entre le primitif et le civilisé). Un cours de psycho biographique avec la voix de Mathieu Amalric. Mais aussi celle d'Isabelle Huppert, Catherine Deneuve et Jeanne Balibar...