Un pur polar commence souvent par une scène d'intro, sombre, violente et a priori sans rapport avec le vif de son sujet -en l'occurrence une histoire de détectives et de jeune adulte disparu, lequel aurait été vu pour la dernière fois à Saint-Elme, une petite ville de montagne réputée pour son eau de source. Dont ac...

Un pur polar commence souvent par une scène d'intro, sombre, violente et a priori sans rapport avec le vif de son sujet -en l'occurrence une histoire de détectives et de jeune adulte disparu, lequel aurait été vu pour la dernière fois à Saint-Elme, une petite ville de montagne réputée pour son eau de source. Dont acte: ce Saint-Elme qui se déclinera en quatre tomes s'ouvre donc par une fusillade entre criminels, quelques morts et un enfant visiblement sauvé de son kidnapping par un méchant qui se découvre une conscience... Une pièce de puzzle qui va parfaitement s'emboîter avec les autres de la nouvelle boîte de jeu du duo Lehman-Peeters, qui s'était déjà rodé il y a deux ans sur le one shot L'Homme gribouillé, aux ambiances mêlant déjà fantastique et polar (ici, c'est une pluie de grenouilles qui semble s'abattre sur la région). Bref, du petit-lait plein de promesses pour les amateurs de récits âpres et de Fred Peeters, avec son graphisme pointu, expressif et réaliste à la fois, s'il n'y avait eu ce choix de couleurs aussi osé que radical: du mauve, du vert pomme, du rouge sang, du bleu azur... Et un nombre incalculable de scènes de nuit traitées dans des bichromies sombres, rendant le tout parfois difficilement lisible. Un souci de rendu ou d'impression qu'il faudra sans doute corriger dès le tome 2, déjà prévu en janvier, pour ne pas rester à quai. Dernier conseil: ne vous attachez pas trop aux personnages, la fin de ce tome 1 semble indiquer qu'ils ne seront plus très nombreux à la fin...