Narumi Shigematsu est une autrice au parcours hors normes. Partie étudier la reliure à Paris, elle y a vécu près de dix ans, avant de rentrer au Japon et d'embrasser la voie du manga sur le tard, serpentant entre plusieurs registres tels que la SF et l...

Narumi Shigematsu est une autrice au parcours hors normes. Partie étudier la reliure à Paris, elle y a vécu près de dix ans, avant de rentrer au Japon et d'embrasser la voie du manga sur le tard, serpentant entre plusieurs registres tels que la SF et le récit historique. Running Girl, d'un genre tout aussi différent, découle d'un drame personnel: la dessinatrice a été atteinte d'un cancer. À la suite de son hospitalisation, elle a souhaité coucher sur papier l'histoire d'une reconstruction. Ainsi est né le personnage de Rin, seize ans, amputée d'un tibia pour cause de sarcome osseux. À la pesanteur de ce point de départ succède un envol lumineux, une ode aux meilleurs lendemains et à l'acceptation de soi. Sous un trait délicat, la dessinatrice caresse les blessures de son héroïne, l'enrobe d'un tonus libérateur et lui offre un horizon: d'abord désespérée par son nouveau corps, Rin, époustouflée par des para-athlètes aux lames de course dernier cri, rejoint leur équipe et vise désormais les Paralympiques de Tokyo, entre entraînements et découverte de ce monde nouveau. Une oeuvre à l'optimisme rafraîchissant, qui apporte une jolie touche d'inclusivité dans la grande dynastie du manga sportif.