La télévision, par son héritage, son capital culturel, son potentiel de recyclage industriel, est une machine à voyager dans le temps. Les plateformes, elles, s'affairent à nous donner le goût de rester dans le passé. Là , la nostalgie passe forcément par le plaisir coup...

La télévision, par son héritage, son capital culturel, son potentiel de recyclage industriel, est une machine à voyager dans le temps. Les plateformes, elles, s'affairent à nous donner le goût de rester dans le passé. Là , la nostalgie passe forcément par le plaisir coupable de revisiter les séries fondatrices de nos existences, celles qui ont accompagné nos transformations et nos expériences d'enfant, d'ado, de jeune adulte. Mais aussi de relancer des franchises emblématiques. Ce qui est vrai pour Wonder Years l'est aussi pour sa contemporaine, Le Prince de Bel-Air, la série qui a révélé Will Smith en superstar. En plus d'avoir son rond de serviette sur Netflix, elle a bénéficié d'une émission spéciale réunion des 30 ans sur HBO Max en 2020 et prépare son reboot, qui devrait être lancé l'année prochaine. Avec un casting forcément remanié de fond en comble, il se centrerait davantage sur le périple du jeune trublion depuis sa banlieue de Philadelphie jusque celle, prestigieuse et hors-sol, de Bel Air. Netflix s'est fait un des porte-voix singulièrement actif de la réhabilitation des années 90, en se réservant les droits de diffusion des intégrales de Friends, de Seinfeld ou de La Fête à la maison, ou encore en lançant sa triplette de séries documentaires übernostalgiques The Movies that Made Us, The Toys that Made Us, et High Score.