"Quand on répète un gros mensonge suffisamment souvent, les gens finissent par y croire", disait Joseph Goebbels. Lavage de cerveau politique, attaque délibérée contre la complexité de la pensée, main invisible qui nous conduit à obtempérer sans qu'on en ait conscience, la propagande...

"Quand on répète un gros mensonge suffisamment souvent, les gens finissent par y croire", disait Joseph Goebbels. Lavage de cerveau politique, attaque délibérée contre la complexité de la pensée, main invisible qui nous conduit à obtempérer sans qu'on en ait conscience, la propagande dirige la vie de l'homme depuis la nuit des temps. Spécialistes des médias, archéologue, historiens, artistes (dont le responsable de la célèbre affiche Viva Che), militants, caricaturiste... Le documentaire de Larry Weinstein analyse la manipulation à travers les âges. Ça parle de communication symbolique, du besoin de croire en quelque chose, de storytelling, de mobilisation, de culte de la personnalité, de l'image fausse qu'on nous vend de la vie parfaite et du pouvoir de l'art. Mais aussi d'Église catholique, d'Union soviétique, de nazisme et de financement des groupes antimusulmans. L'art de vendre des mensonge s'inscrit dans une programmation thématique autour de la propagande, se glisse entre Les Marches du pouvoir de George Clooney, des docus sur la participation d'Hollywood à l'effort de guerre, l'utilisation du cinéma par le régime nazi (dimanche 08/09), le combat par l'image entre l'Iran et l'Irak et la fabrique du consentement (mardi 10/09). L'histoire d'une planète bombardée d'images et d'informations. D'une population manipulée par des récits inventés de toutes pièces.