Chaque année à la même période le Prix Médiatine revient pointer le bout de son museau. Un marronnier? En quelque sorte... mais de ceux que l'on chérit. Pourquoi tant de tendresse? On ne peut qu'encourager les initiatives qui promeuvent la recherche plastique. On le sait, pour un artiste qui se tient loin du marché -ou que le marché tient loin de lui-, la vie peut être difficile. Pour ...

Chaque année à la même période le Prix Médiatine revient pointer le bout de son museau. Un marronnier? En quelque sorte... mais de ceux que l'on chérit. Pourquoi tant de tendresse? On ne peut qu'encourager les initiatives qui promeuvent la recherche plastique. On le sait, pour un artiste qui se tient loin du marché -ou que le marché tient loin de lui-, la vie peut être difficile. Pour cette nouvelle édition, ce concours qui sacre des plasticiens belges ou résidant en Belgique s'est choisi le coordinateur artistique de l'ARBA-ESA, Enzo Pezzella, pour président. Bilan de l'opération? Positif: parmi les 17 artistes retenus, six heureux élus ont été primés. Le tout pour des montants qui s'échelonnent entre 1 500 et 3 000 euros. Auréolé du Prix Fédération Wallonie-Bruxelles, le travail de Côme Lequin (1989), Breton passé par La Cambre, mérite que l'on s'y intéresse. Son oeuvre consiste en une installation, Dessin au kilomètre (2015), présentée sur une étagère. Il s'agit d'esquisses sur motif réalisées dans l'espace public bruxellois. Il en donne la clé: " J'avais l'impression de ne plus avoir de temps pour moi, alors j'ai commencé à dessiner pendant mes déplacements." Déroulé au fil de livres-accordéons, quelque chose bouleverse dans ces croquis qui enregistrent les vibrations du vivant. Également primée, Lucie Lanzini ( photo), originaire de Belfort, use des formes et des textures comme d'autres du langage. Ce don lui permet de traduire ses obsessions en trois dimensions. Mieux, elle parvient à transgresser les limites des matériaux pour y inscrire, parfois comme un trompe-l'oeil, des impressions inattendues. Tel bloc qui semble inamovible est en fait composé de mousse polyuréthane... Tout se mêle, le fragile et le solide, le présent et l'absent, le transparent et le réfléchissant.