Dans un monde habité par des entités, des êtres surnaturels et des justiciers pas tout à fait nets, le pasteur Jesse Custer a hérité du pouvoir de faire plier quiconque à sa volonté. Avec sa petit amie Tullip et Cassidy, un vampire irlandais facétieux...

Dans un monde habité par des entités, des êtres surnaturels et des justiciers pas tout à fait nets, le pasteur Jesse Custer a hérité du pouvoir de faire plier quiconque à sa volonté. Avec sa petit amie Tullip et Cassidy, un vampire irlandais facétieux et cramé du bulbe (littéralement), sa quête de rédemption le fait se frotter à de vilains pas beaux. Preacher, adaptation du comics barré de Garth Ennis, avait à sa portée tous les ingrédients pour devenir culte. Las, la première saison avait reçu un accueil mitigé. Son producteur principal, l'acteur Seth Rogen, entendait corriger le tir avec une saison plus rythmée, qui épaissit les personnages, renforce le rythme et les effets comiques. Au final, le résultat escompté se voit peu. Dominic Cooper fait le job, mais c'est Joseph Gilgun et Ruth Negga, dans les rôles de Cassidy et de Tulip, qui tirent leur épingle du jeu. On rit beaucoup, on plisse les yeux devant le gore et l'hémoglobine, on s'émerveille de la souplesse mentale qu'il y a à vouloir sortir un récit messianique d'un bain de sang. Divertissant, Preacher ne nous fera pas vendre notre âme au diable pour une troisième saison.