Hacker un jeu vidéo pour en extraire des éléments et réaliser une création originale est une pratique fascinante s'illustrant notamment dans le modding et les machinimas, des courts mét...

Hacker un jeu vidéo pour en extraire des éléments et réaliser une création originale est une pratique fascinante s'illustrant notamment dans le modding et les machinimas, des courts métrages d'animation. Ces détournements de jeux vidéo actuellement étudiés par Fanny Barnabé au Game Lab de l'Université de Liège trouvent une nouvelle illustration passionnante avec Death Generator. Développé par Foone Turing depuis 2017, cette page Web permet de personnaliser les textes de plus de 100 jeux, pour la plupart rétro. On y transforme donc à sa guise les écrits cultes d' Ecco the Dolphin, de Final Fight 1 ou de Kirby's Adventure pour y créer un mème ou une carte d'invitation originale. Certaines bulles de dialogues déçoivent hors contexte, à l'image de celles de Final Fantasy VII ou de Castlevania II. Difficile toutefois de bouder son plaisir face à cette réappropriation débordant de promesses créatives.