"Gigaton"

Au départ, on craignait un peu le pire. Pochette hideuse, titre tout pété: le onzième album de Pearl Jam, leur premier en sept ans, s'annonçait mal. Non...

Au départ, on craignait un peu le pire. Pochette hideuse, titre tout pété: le onzième album de Pearl Jam, leur premier en sept ans, s'annonçait mal. Non pas qu'on attendait encore grand-chose des taulards du grunge (le poussif Lightning Bolt en 2013), mais sur base de la flamme que le groupe continuait d'entretenir en concert, on pouvait espérer retrouver éventuellement la même énergie sur disque. Ce qui, au final, est souvent le cas de Gigaton, quitte même à forcer le trait ici et là ( Superblood Wolfmoon). Parfois, Eddie Vedder et ses camarades en profitent également pour tester de nouvelles couleurs ( Seven O'Clock). Mais finalement, c'est encore en restant dans leur "coeur de métier" qu'ils s'en sortent le mieux...