"On Sunset"

Fin janvier, Paul Weller propose In Another Room, EP de quatre courts instrus expérimentaux, mix de musiques concrètes à la Pierre Schaeffer noyautées de sons d'ambiance -cloches d'églises, mantras chantés- et quelques bribes de guitares et pianos. Serait-ce un signe pour boucler plusieurs albums d'exploration sonore comme So...

Fin janvier, Paul Weller propose In Another Room, EP de quatre courts instrus expérimentaux, mix de musiques concrètes à la Pierre Schaeffer noyautées de sons d'ambiance -cloches d'églises, mantras chantés- et quelques bribes de guitares et pianos. Serait-ce un signe pour boucler plusieurs albums d'exploration sonore comme Sonik Kicks (2012) ou Saturns Pattern (2015)? Sur On Sunset se baladent toujours des arrangements audacieux mais cette fois-ci, ils vont immanquablement à la rencontre de cordes magiques, déployées jusqu'au maximum de leur potentiel orchestral, comme dans l'éblouissant Rockets que n'aurait pas renié Burt Bacharach. Ce qui différencie ce disque d'une bonne partie des quatorze précédents de la carrière solo de Weller -y compris de l'acoustique True Meanings de 2018-, c'est la force des compositions. Est-ce que c'est parce qu'à 62 ans, le modfather admet avoir cette fois-ci regardé en arrière -avec plus de réalisme que de nostalgie? Faut-il y voir simplement un état de grâce d'avoir arrêté la picole, depuis dix ans, et d'être père de huit enfants, dont trois en bas âge? En tout cas, au-delà de l'invention foldingue -l'épique 4th Dimension- ou d'un curieux duo avec la française Julie Gros de Superhomard sur More, Weller réussit la plus belle collection de mélodies émouvantes de toute sa carrière. Soutenu par des choeurs gospelisant et l'orgue Hammond de Mick Talbot -son complice de Style Council-, le sexagénaire trouve la combinaison optimale entre une énergie jamais démentie et des accroches imparables ( Baptiste, Walkin', Earth Beat, Village). En un mot? Wow.