Poursuivant un travail de mémoire et de restauration digne d'éloges, la Cinematek édite un double DVD reprenant l'unique long métrage et une poignée de courts réalisés entre 1971 et 1985 par Patrick Van Antwerpen, cinéaste bruxellois disparu prématurément en 1990, à l'âge de 46 ans à peine. De L'Autobus, autour d'un groupe de gens tuant le t...

Poursuivant un travail de mémoire et de restauration digne d'éloges, la Cinematek édite un double DVD reprenant l'unique long métrage et une poignée de courts réalisés entre 1971 et 1985 par Patrick Van Antwerpen, cinéaste bruxellois disparu prématurément en 1990, à l'âge de 46 ans à peine. De L'Autobus, autour d'un groupe de gens tuant le temps en attendant le 95, à Rue de l'arbre unique et ses incongruités, le regard qui s'exprime est éminemment singulier, témoignant d'un sens de l'observation du quotidien aiguisé, à quoi l'auteur ajoute une distance amusée pouvant prendre un tour poétique et loufoque -ainsi dans Un si joli petit coin, inspiré d'une pantomime, et réunissant deux clochards dans un terrain vague du Quartier Nord. Toutes dispositions qui culmineront en 1985 dans Vivement ce soir, long métrage retraçant une journée dans la vie d'une grande surface de la périphérie bruxelloise. Van Antwerpen y met en scène une galerie de personnages -employés, clients aux profils variés, délégation est-européenne...- et leurs petites histoires, auscultant le quotidien dans ce qu'il a de plus banal, comme pour mieux en relever les dérèglements. Du vol du steak au caddie se faisant la malle (épisode impliquant Yolande Moreau, dans l'un de ses premiers rôles), le réservoir à gags est inépuisable, donnant à l'ensemble une coloration burlesque évoquant Tati ou Etaix. Le film s'enrichit par ailleurs d'une dimension discrètement critique, épinglant les rapports hiérarchiques comme la gabegie consumériste -daté et quasi-documentaire par endroits, mais non moins incontestablement d'aujourd'hui. À voir.