Roman graphique De Ugo Bienvenu, éditions Denoël, 144 pages.
...

Roman graphique De Ugo Bienvenu, éditions Denoël, 144 pages. 8 Fort du succès critique et populaire de son long métrage La Continuité grise, Charles Bernet, réalisateur français pointu adulé jusqu'en Amérique, entend bien concrétiser un projet de film qu'il porte en lui depuis sa jeunesse mais qu'il n'a jamais pu mener à bien faute de financement. Ce qui n'étonne pas vraiment sa femme Jeanne, artiste peintre en vue, qui trouve le scénario "vide et prétentieux". Et ne suscite guère plus d'enthousiasme chez son producteur historique, le graveleux Junior, sosie de Trump, qui n'a nullement envie d'hypothéquer son business pour satisfaire la lubie artistique de son protégé. Mais Bernet est en position de force et finit par convaincre son ami de tenter le coup, quitte à devoir aller "lécher un cul" pour réunir les fonds, en l'occurrence celui d'un financier fantasque qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Depardieu. Petite précision: nous sommes en 2058 et cette comédie grinçante se déroule dans un décor aux courbes rétro-psychédéliques, comme si passé et futur avaient fusionné lors d'un cafouillage spatio-temporel. Alors que le tournage vient de démarrer, Bernet est victime d'un accident de train dont il réchappe miraculeusement. Gravement blessé, il doit rester hospitalisé de longs mois. De quoi mettre les nerfs de ce misanthrope hyperactif à rude épreuve. D'autant que son chef-d'oeuvre se fera du coup sans lui. Toutes ses certitudes vont vaciller durant cette période qui va se révéler propice à un douloureux examen de conscience. Un album étonnant et atypique, d'une maturité stupéfiante pour un novice (Bienvenu vient du cinéma et s'est lancé dans la BD en 2014 avec l'adaptation du roman Sukkwan Island de David Vann), et interrogeant avec ironie et finesse des thèmes comme la création, l'ambition, la vanité, le tout porté par une esthétique SF à la technophilie jamais envahissante. On ne serait pas étonné d'apprendre que l'auteur est l'enfant de Moebius et de Godard... L.R.