"Mirror"

Tout commence avec 9 minutes 53 de transe douce, d'incantation lancinante, de violon tourmenté et une ambiance ensablée (plus loin, Koudede est un hommage a...

Tout commence avec 9 minutes 53 de transe douce, d'incantation lancinante, de violon tourmenté et une ambiance ensablée (plus loin, Koudede est un hommage au chanteur et guitariste touareg mort dans un accident de voiture) pour s'embarquer dans un tube no wave new-yorkais complètement frappé (Ata). Les Orchestra of Spheres ont grandi au milieu des kiwis (comprenez à Wellington, Nouvelle-Zélande) et ils y ont cultivé un goût prononcé pour le grand mélange des genres et des cultures. Mirror, leur quatrième album, danse la farandole avec Sun Ra, ESG et Goat dans un grand bordel métissé et explorateur qui jongle avec le basson, la harpe, l'alto, la clarinette basse, le saxophone, la flûte ou encore l'ektara sans jamais perdre son âme.