"Je sais bien que j'ai l'air ridicule, tout nu, mais je me déshabille quand même. J'enlève d...

"Je sais bien que j'ai l'air ridicule, tout nu, mais je me déshabille quand même. J'enlève d'abord mon pantalon et mes chaussettes, puis je déboutonne ma chemise, laissant apparaître un nymphéa d'un blanc éclatant sur ma chair rose, sur le côté gauche de la cage thoracique, à une demi-lame de couteau du muscle qui pompe huit mille litres de sang par jour, je termine par mon caleçon."