"Dieu créa le monde en six jours. Et le septième, Stanley Kubrick lui renvoya le tout pour modification", écrivit un beau jour un critique de cinéma. Si cette citation non dénuée d'humour souligne l'imagination débordante du génial réalisateur, elle questionne aussi le pouvoir exceptionnel de l'image. Dans Opération Lune, William Karel manipule le téléspectateur dans un grand et de plus en plus drôle détournement. Son postulat? Les historiques premiers pas de l'Homme sur la Lune regardés le 21 juillet 1969 par des milliards de téléspectateurs à travers le monde ne seraient qu'un gigantesque fake et auraient en fait été tournés par Stanley Kubrick. Le point de départ de son enquête? Pour la réalisation de Barry Lyndon, Stanley s'est fait prêter par la Nasa une caméra unique en son genre. Pourquoi l'Agence spatiale américaine lui aurait-elle confié un objectif dont il n'existe qu'un seul exemplaire au monde, le seul capable de filmer les satellites espions dans le noir absolu? Karel en signe une étonnante démonstration avec des images d'archives, un montage habile, des interviews d'experts coupées dans tous les sens et d'autres données par des acteurs. Un exercice de style pour un faux docu sérieux, de plus en plus drôle et complètement tordu... Particulièrement parlant en ces temps de manipulation de l'information.

Documentaire de William Karel.

7