Quatrième volume de l'intégrale bolañenne, et ça y est, on entre dans le dur: quelques romans connus comme Nocturne du Chili, qui revient sur l'Histoire tourmentée du pays d'origine du grand écrivain-poète, ou Un petit roman lumpen, sorte de travail de commande pour lequel il dép...

Quatrième volume de l'intégrale bolañenne, et ça y est, on entre dans le dur: quelques romans connus comme Nocturne du Chili, qui revient sur l'Histoire tourmentée du pays d'origine du grand écrivain-poète, ou Un petit roman lumpen, sorte de travail de commande pour lequel il déplace son imaginaire à Rome. Mais on y découvre aussi Tombes de cow-boys, un étrange recueil de nouvelles inégales à la structure parfois nébuleuse... Les Bolaños (les fans intégristes de Saint-Roberto Bolaño) le savent: dans son oeuvre aussi mouvante que les sables du même nom, de grands romans sont nés de textes inachevés ou même découverts il y a peu. On les lit une lanterne à la main, comme ces pauvres bougres du GSC (Groupe Surréaliste Clandestin) errant dans les égouts de Paris dans Comédie de l'horreur en France. Dans Le Gaucho insupportable, remis a son éditeur quelques jours à peine avant sa mort, Bolaño défend une littérature (évidemment) sans concessions, et dans la très bolañesque Le Voyage d'Álvaro Rousselot, un auteur argentin voit ses romans plagiés par un cinéaste français avant même leur traduction. Un volume moins flamboyant que les précédents, truffé de textes situés à la marge de son oeuvre, mais toujours essentiels pour quiconque se passionne pour celle-ci.