En danois, Octobre a pour titre original Kastanjemanden, désignant directement la signature du tueur sauvage qui dépose au pied de ses victimes des petits bonshommes faits de châtaignes, tradition automnale enfantine. Le point commun entre toutes les femmes retrouvées mutilées: elles sont ...

En danois, Octobre a pour titre original Kastanjemanden, désignant directement la signature du tueur sauvage qui dépose au pied de ses victimes des petits bonshommes faits de châtaignes, tradition automnale enfantine. Le point commun entre toutes les femmes retrouvées mutilées: elles sont mères et connaissent des difficultés sociales ou personnelles compliquées. Élevant seule sa fille, l'inspectrice Naia Thulin (Danica Curcic) compte bien terminer rapidement cette enquête pour enfin quitter la criminelle. Elle découvre, flanquée d'un nouveau collègue Hess (Mikkel Boe Følsgaard), instable mais au flair indéniable, que les meurtres pourraient obliger la police à rouvrir le cas résolu il y a peu de la fille d'une ministre, disparue un an plus tôt. Femmes en difficulté, duo dépareillé de flics, liaisons troubles avec le politique, on retrouve bien ici la marque de Søren Sveistrup qui nous avait coupé le souffle avec The Killing, confirmant l'efficacité narrative du polar nordique. Même si les six épisodes adaptant le roman du scénariste et producteur ne font qu'effleurer les thèmes de la charge mentale des mères, de l'enfance en difficulté et de la réponse politique et sociétale à y apporter, l'intrigue ne met pas une demi-heure à nous captiver par son ambiance froide comme une bruine d'octobre et habilement malsaine.