PRéSENTé PAR VIRGINIE GUILHAUME.
...

PRéSENTé PAR VIRGINIE GUILHAUME. Quand la Nouvelle Star avait tiré sa révérence provisoire, au mois de juin de l'année dernière, on ne peut pas dire qu'on l'avait pleurée longtemps. Le télécrochet de M6 était devenu insupportablement routinier (avec des casseroles copiées-collées des éditions précédentes, une Lio exaltée jusqu'à l'hystérie, un Manoukian jouant le Casanova de bal musette...) et surtout, il pâtissait d'un casting épouvantable. Lequel avait accouché d'un gagnant dont plus personne ne souhaite désormais entendre parler (encore moins les membres d'un jury avec lequel il s'empoigne régulièrement par presse interposée): Soan. Un chanteur de métro certes pas totalement dénué de talent, mais souffrant d'un violent complexe de supériorité alors que les performances qu'il est capable de délivrer confinent à la banalité. Coupable d'un album tout juste écoutable qui devrait faire long feu, Soan crache désormais sur une émission qui lui avait permis de remettre son chapeau sur la tête plutôt que devant ses pieds. Les défis que la Nouvelle Star - dont les audiences ne furent pas glorieuses en fin de parcours - doit relever pour sortir de l'ornière sont donc colossaux. Premier d'entre eux: sélectionner des candidats qui en ont sous la pédale, charismatiques et doués. Pari tenu, promet Virginie Guilhaume, la présentatrice de l'émission. Cette année, le niveau serait bien meilleur que la précédente, avec 5 ou 6 jeunes chanteurs "extraordinaires". On sait aussi que pour une fois, ce sont les filles qui tiennent le haut du pavé. Second challenge: renouveler un jury qui fonctionnait plutôt pas mal, malgré sa tendance à surjouer jusqu'au pastiche et à tourner en rond. Sinclair ayant claqué la porte de la Nouvelle Star, c'est Marco Prince, l'ancien leader des explosifs FFF, qui endossera le costume de Maître ès joyeusetés funky. Ici au moins, le casting semble d'ores et déjà réussi: les quelques interviews et teasers glanés sur le Net confirmant la fraîcheur de ce nouvel acteur, qui pourrait bien aider à dépoussiérer le concept. Reste à savoir si le téléspectateur a encore envie d'être gavé de rouges et de bleus, de larmes et de vibes: la Star Ac', elle, a carrément compris qu'il lui fallait mourir de sa belle mort pour laisser un souvenir pas trop périssable. Myriam Leroy