Laurent, citadin emprisonné pour meurtre au lendemain de la guerre, s'en va à la montagne travailler dans une scierie. Sur place, il apprend vite que le patriarche local est à la tête d'un groupe d'anciens résistants qui continuent l'épuration, déçus ...

Laurent, citadin emprisonné pour meurtre au lendemain de la guerre, s'en va à la montagne travailler dans une scierie. Sur place, il apprend vite que le patriarche local est à la tête d'un groupe d'anciens résistants qui continuent l'épuration, déçus par une Libération qui n'a pas tenu ses promesses en termes de justice, d'égalité et de grand chambardement. Or, de justiciers à meurtriers, voire terroristes, il n'y a qu'un pas que bien des déçus franchiront... Texte fort et osé -l'auteur s'attaque aux errements de la Résistance et aux travers de l'épuration dès 1947!-, Nous avons les mains rouges est une nouvelle perle dans la réédition des oeuvres de Jean Meckert, qu'ont entrepris les éditions Joëlle Losfeld depuis quelques années. Jean Meckert et non John ou Jean Amila, son nom de plume dès 1950 lorsqu'il rejoint la Série Noire naissante, et pour laquelle il publiera près de 25 polars. Les oeuvres rééditées ici donnent à redécouvrir celui qui était encore publié dans la Blanche, mais qui avait déjà tout de la Noire: des romans sombres et sans concession sur la condition humaine, mûs par un anti-militarisme forgé au combat et le martyre de ses aspirations sociales. Amer mais brillant.