Peu d'auteurs francophones vivent deux fois une rentrée littéraire pour le même texte. Kevin Lambert, piquant auteur québécois de même pas 30 ans, a eu cette opportunité pour son deuxième roman, publié successivement par la maison d'édition montréalaise Héliotrope en 2018 puis le Nouvel Attila parisien aujourd'hui. Au-delà du titre ( Querellede Roberval perdant sa localisation), la translation d'un pays à l'autre s'est opérée en maintenant l'oralité puissante du texte, mais en procédant à quelques arrangements, après concertation entre auteur et éditeur. Et c'est le Querelle transplanté en territoire français qui a valu...