"Padre Padrone"

Ce n'est pas avec ce cinquième album solo que Nicolas Paugam va rentrer dans le rang. Personnalité à part dans la chanson française, il n'hésite pas ...

Ce n'est pas avec ce cinquième album solo que Nicolas Paugam va rentrer dans le rang. Personnalité à part dans la chanson française, il n'hésite pas à revendiquer l'influence des tropicalistes pour justifier sa démarche fantasque. Des maîtres brésiliens (Jorge Ben, Tom Zé), le Français a retenu la capacité à rendre accessibles les morceaux les plus barrés (et vice versa). Sans dilapider le fond, il donne aussi la priorité à la forme et à la sonorité des mots, rejoint notamment sur ce terrain par l'Innocent JP Nataf ( L'Homme heureux). Passé le maniérisme du chant, Padre Padrone multiplie ainsi les exubérances mélodiques ( Ce vaccin), quelque part entre les décalages d'un Vassiliu et la poésie bancale d'Annegarn.