"The Visitor"

Young publie son quatrième album studio en deux années -incluant Hitchhiker enregistré dans les seventies- et le second avec Promise of the Real, jeune groupe californien mené par Lukas et Micah Nelson, fils de Willie. Avec ces derniers, Young a déjà enregistre à l'été 2015 un d...

Young publie son quatrième album studio en deux années -incluant Hitchhiker enregistré dans les seventies- et le second avec Promise of the Real, jeune groupe californien mené par Lukas et Micah Nelson, fils de Willie. Avec ces derniers, Young a déjà enregistre à l'été 2015 un disque politique affirmant ses colère et dégoût face à une suprématie industrielle niant les enjeux environnementaux (The Monsanto Years). Les dix nouvelles chansons du Visiteur commentent la présidence inique de Donald Trump, celle des inégalités américaines qui replacent les États-Unis dans la position ultra-conservatrice des pires moments de Bush, Reagan et Nixon. Le contre-pouvoir musical de Young entame le disque par cette phrase "I'm canadian, by the way, and I Love the USA"et ce titre, Already Great, réponse au slogan venteux "Make American Great Again". Cette opposition à l'hégémonie caricaturale de Donald amène un rock'n'roll vertueux mais aussi l'un des albums les plus émotionnels de Young depuis Tonight's the Night. À la tragédie spleen des années 70 se substituent une mélancolie naturelle, matrice de ballades dignes du Neil supérieur (Almost Always, Change of Heart), mais aussi la jubilation de Carnival. Soit plus de huit minutes d'un rock-rumba contagieux qui donne envie de danser sur toutes les conneries du monde, et donc forcément plus loin qu'au bout de la nuit.