"Om Al Aagayeb"

Certes, ce n'est pas du jazz. Mais Naïssam Jalal, flûtiste qui se partage depuis toujours entre la musique afro- américaine et celle du Moyen-Orient...

Certes, ce n'est pas du jazz. Mais Naïssam Jalal, flûtiste qui se partage depuis toujours entre la musique afro- américaine et celle du Moyen-Orient, nous offre un album en grande partie improvisé, consacré à ses racines musicales. Rien d'étonnant, puisque l'improvisation mélodique est, à peu de chose près, la base de toutes les musiques traditionnelles de la planète. Naïssam, entourée de musiciens et chanteurs égyptiens des deux sexes, joue de la flûte, du nay et chante sur un titre. Dominé par les percussions et les instruments à cordes, Om Al Aagayeb veut être la catharsis musicale, profonde et douloureuse, des années difficiles mais exaltantes que la jeune femme vécut au Caire, entre 2003 et 2006.