"My Morning Jacket"

Neuvième album déjà pour le groupe du Kentucky. Pas fouineur rayon titre, il fait davantage preuve d'imagination dans les onze chansons, volontiers allong...

Neuvième album déjà pour le groupe du Kentucky. Pas fouineur rayon titre, il fait davantage preuve d'imagination dans les onze chansons, volontiers allongées de turpitudes instrumentales. Ainsi, les 9 minutes et 9 secondes de The Devil's in the Details dessinent un rock roots teinté de choeurs de miel, de guitares quasi jazzy et, plus généralement, d'une belle tronche atmosphérique. Cette dernière caractéristique, portée par la voix parfois dylanesque de Jim James ( Never in the Real World), s'emballe volontiers dans des gargouilles psychédéliques. Par exemple dans Lucky to Be Alive, tout droit sorti d'inédits imaginaires de Woodstock, ou ce Complex au riff crevard à la Free... Les amateurs de non-guitare passeront sagement leur chemin.