L'émotion vous saisit lorsque vous passez le soir à côté d'une fenêtre illuminée? Imaginer la vie des autres vous plonge dans d'interminables rêveries? Feuilleter un album-photo familial vous tire des larmes à coup sûr? Si vous avez répondu "oui" aux trois questions précédentes en forme de "test nostalgie", il y a fort à parier que cet ouvrage paru chez Taschen est pour vous. La genèse du projet est relativement simple. On le doit au réalisateur de clips et de pubs Lee Shulman. Acheteur compulsif sur Internet, le Britannique remporte une enchère inattendue sur e-Bay: un lot de diapositives 35mm Kodachrome, des photos de famille d'anonymes. Plus embarrassé qu'autre chose dans un premier temps, Shulman les compulse un soir de déprime. La révélation est immédiate: l'homme d'images qu'il est se prend de passion pour l'incroyable " valeur émotionnelle de ces instants de vie". Il n'en faut pas plus pour que l'intéressé se lance dans une quête frénétique ayant cette intimité domestique en ligne de mire. Il lance "The Anonymous Project" en 2017 et rassemble près de 700 000 images données ou achetées à des brocanteurs. Deux ans plus tard, il fait paraître une première sélection de 300 images prises par des quidams entre les années 50 et 70. L'opus est totalement bluffant, qui permet de s'immiscer au coeur de moments volés au temps qui passe. Pour chaque cliché, l'imagination ne peut s'empêcher de remplir les cases vides d'une histoire dont elle ne connaîtra jamais le fin mot. Le tout pour cette impression grisante d'être au plus proche de la vie.

De Lee Shulman, éditions Taschen, 280 pages. Prix: environ 40 euros.