Une rédaction française tournée vers l'international, un ton volontiers virulent, une liberté de création totale en réaction aux codes graphiques et narratifs habituels, une attention particulière pour la science-fiction et le fantastique... Métal Hurlant fut en BD le véritable enfant de mai 68. En 1974, Jean-Pierre Dionnet et Mandryka, insatisfaits chez Pilote, créent avec Philippe Druillet et Moebius Les Humanoïdes Associés, puis quelques mois plus tard le trimestriel Métal Hurlant. Succès immédiat, qui fera passer la revue au rythme mensuel dès son n°9. Des dizaines d'auteurs y déploieront une esthétique rock qui fera école bien au-delà de la bande dessinée. Étouffé par la multiplication des revues dans les années 80, Métal Hurlant s'arrête en juillet 1987, au 133e numéro.