Pour son premier long métrage piloté en solo, Jeanne Balibar remet de l'humain dans le politique en s'intéressant à ce qu'il y a sous les masques, les costumes ...

Pour son premier long métrage piloté en solo, Jeanne Balibar remet de l'humain dans le politique en s'intéressant à ce qu'il y a sous les masques, les costumes que l'on porte, les rôles que l'on joue. Sur un canevas assez classique de comédie de remariage, elle échafaude une petite utopie sociale et amoureuse prenant sa source au coeur même de la mairie de Montfermeil -comme dans Les Misérables, donc. Disponible sur la plateforme Mubi, le film fourmille d'idées farfelues qui semblent délibérément manquer de liant et de mise en contexte. Un objet assez radical dans sa fantaisie mais qui, l'air de ne pas y toucher, finit par en dire long sur un certain état du monde, en quête de réenchantement.