" La danse ne vous donne rien en retour. Ni manuscrit à stocker. Ni peinture à mettre sur les murs. Ni poème à imprimer. Rien que cette sensation unique de se sentir vivant" , disait Merce Cunningham. Comment dès lors inscrire cet art éminemment éphémère dans le temps? Décédé en 2009, à l'âge de 90 ans, le chorégraphe et danseur américain s'est posé la question de son vivant. Cunningham, en quête perpétuelle de créativité, n'a pas seulement amené une approche totalement nouvelle de l'espace et du temps, rompu avec la théâtralité, repoussé sans cesse les limites du mouvement humain et donné sa chance au hasard, marquant de son empreinte indélébile plusieurs générations de danseurs. Il a aussi, avant sa mort, dressé un testament pour éviter le chaos de la succession Martha Graham (son protégé avait interdit ses dizaines de ballets aux danseurs de la troupe et le bâtiment historique a été vendu). Le documentaire de Marie-Hélène Rebois raconte les derniers mois d'existence de la compagnie avant sa dissolution (une tournée mondiale de 50 dates) et le relais pris par la fondation (le Merce Cunningham Trust) qui doit assurer la transmission, perpétuer le génie... Un angle intéressant avec de longs extraits de ses spectacles pour évoquer le legs d'un homme qui a travaillé avec entre autres Andy Warhol, Robert Rauschenberg et John Cage.

Documentaire de Marie-Hélène Rebois.

7