Ce polar-là, malgré les apparences, n'en est pas tout à fait un: on y trouve entre autres un autre livre, et dans ce livre-là, un livre dans le livre! Explications, ou tentatives: le premier livre de ce "Rififi" est constitué par les brèves explications, avant et après, d'Antoine Bello, auteur franco-américain, qui a traduit et publié ce roman d'un ami auteur, inconnu chez nous, qui lui aurait envoyé ce manuscrit avant de disparaître, visiblement poursuivi par des sbires qui en voulaient à sa vie. Vient ensuite le livre, ce Rifif...

Ce polar-là, malgré les apparences, n'en est pas tout à fait un: on y trouve entre autres un autre livre, et dans ce livre-là, un livre dans le livre! Explications, ou tentatives: le premier livre de ce "Rififi" est constitué par les brèves explications, avant et après, d'Antoine Bello, auteur franco-américain, qui a traduit et publié ce roman d'un ami auteur, inconnu chez nous, qui lui aurait envoyé ce manuscrit avant de disparaître, visiblement poursuivi par des sbires qui en voulaient à sa vie. Vient ensuite le livre, ce Rififi en forme de confession et d'auto- fiction, dans lequel Vlad Eisinger se raconte: engagé par le grand patron, limite gourou, d'une énorme entreprise de télécommunications pour en écrire l'hagiographie, il se fait virer presque aussi sec (il met trop de fiction dans son documentaire). Fauché, il accepte alors une autre commande pour une collection de "true fiction" populaire à la Truman Capote, et se met à écrire -voilà le livre dans le livre- un polar dans lequel un écrivain est engagé par un géant, limite gourou, de l'industrie pétrolière pour en écrire l'hagiographie, mais découvre en même temps les magouilles de Wall Street et les pratiques plus que douteuses dudit gourou. Vlad fait alors vivre à Tom, son héros, de rocambolesques aventures... Qui vont déteindre sur la réalité (enfin, la réalité...), puisque Vlad lui-même doit désormais lutter pour sa survie face au gourou du groupe de télécommunications, qui s'est reconnu dans le gourou du pétrole! Vous suivez toujours? Alors notez encore ceci avant de vous délecter de ce roman en forme de poupée russe et d'exercice littéraire: ce n'est noté nulle part dans ce roman-ci, mais Vlad Eisinger n'est pas un inconnu; il était un personnage de fiction dans Roman américain, un précédent ouvrage d'Antoine Bello... " Il faut me croire", nous dit d'emblée Vlad Eisinger en entamant "son" livre. Tu parles, Charles! Comme dans tous les ouvrages écrits ou "présentés" par Antoine Bello, la réalité joue toujours à cache-cache avec la fiction, persuadé qu'il est, comme son modèle Capote, qu'il faut prendre beaucoup de libertés avec la réalité pour mieux la dire. Bello n'aime donc rien plus que de brouiller les pistes et de jouer avec les codes de la fiction et de la non-fiction. Depuis sa trilogie des Falsificateurs, sur une organisation secrète internationale qui falsifie la réalité et réécrit l'Histoire, le lecteur attentif aura appris à se méfier et s'amuser avec lui. Les autres chercheront "Vlad Eisinger" sur Google.