Sega ne se souciait pas de son héritage gaming jusqu'à il y a peu. Le miraculeux retour de Sonic Mania (lire notre encadré) et l'arrivée ce mois-ci de la Mega Drive Mini prouvent que le hérisson bleu prend désormais soin de ses bijoux de famille. Oubliées l'émulation boiteuse (y co...

Sega ne se souciait pas de son héritage gaming jusqu'à il y a peu. Le miraculeux retour de Sonic Mania (lire notre encadré) et l'arrivée ce mois-ci de la Mega Drive Mini prouvent que le hérisson bleu prend désormais soin de ses bijoux de famille. Oubliées l'émulation boiteuse (y compris sur Sonic) et la bibliothèque de 85 jeux sans grand intérêt de la Mega Drive Flashback que l'éditeur confiait aux mains d'AtGames il y a quelques années: la Mega Drive Mini balaie ces mauvais souvenirs d'un revers de la main en confiant son émulation logicielle au légendaire studio M2, roi des portages de jeux d'arcade (Out Run, Space Harrier...) vers des consoles de salon depuis... 26 ans déjà! Piochant avec bon goût dans divers gameplays, la Mega Drive Mini fait vaillamment tourner sa belle sélection de 42 jeux. Ses platformers (Earthworm Jim, Ghouls'n Ghosts, Alex Kidd...), RPG (Phantasy Star IV, Shining Force, Landstalker...) et beat them all (Shinobi III, Streets of Rage II...) brillent comme une capsule temporelle loyale au règne des 16 bits. En main, les joypads de la petite machine réjouissent tandis que le souci du détail flattera les collectionneurs. Ainsi, lorsqu'on active la langue japonaise, les jaquettes des jeux changent de design. Sans oublier un port cartouche qui s'ouvre, un bouton de volume qui se déplace et un port pour Mega CD mobile, tous non-fonctionnels mais qui subliment l'objet.