Le 5 août 1928, dans le stade flambant neuf et typiquement "De Stijl" d'Amsterdam, sous un vent à décorner les boeufs, s'élançait le marathon. Toutes l...

Le 5 août 1928, dans le stade flambant neuf et typiquement "De Stijl" d'Amsterdam, sous un vent à décorner les boeufs, s'élançait le marathon. Toutes les nations sont là, dont la France. Quatre athlètes, dont " un petit Arabe" que personne ne remarque. El Ouafi Boughéra, Algérien et manoeuvre dans l'Hexagone, chez Renault. " Il donne l'air de sourire tout le temps, il n'est pas encombrant et vu qu'il restait une place...". El Ouafi va pourtant écrire l'Histoire, et le beaucoup trop rare Nicolas Debon en retracer la course, au plus proche de sa foulée et parfois de sa tête. Un petit chef-d'oeuvre tant narratif que pictural, comme l'était déjà son précédent album L'Essai il y a six ans.