Cela fait longtemps que Hicham-Stéphane Afeissa réfléchit aux questions environnementales. Pourtant, il a fallu attendre la publication de Esthétique de la charogne (Dehors, 2018) pour que son nom se mette à circuler en dehors du cercle fermé des spécialistes. Avec cette vaste histoire de...

Cela fait longtemps que Hicham-Stéphane Afeissa réfléchit aux questions environnementales. Pourtant, il a fallu attendre la publication de Esthétique de la charogne (Dehors, 2018) pour que son nom se mette à circuler en dehors du cercle fermé des spécialistes. Avec cette vaste histoire de la figure de la charogne dans l'Histoire de l'esthétique anatomique, il avait suscité une curiosité nouvelle pour la question animale, au-delà des pétitions de principe éthiques qui ne cessent d'être rabâchées à son propos. Manifeste pour une écologie de la différence approfondit cette réflexion, mais sur un mode plus frontal: celui d'une question critique adressée aux discours prétendant en finir avec la violence de la domination humaine sur le monde non-humain au profit d'une réconciliation avec la nature. Plutôt qu'une réconciliation, ou même qu'une résonance avec le monde animal, Afeissa souligne la nécessité de l'affirmation d'une différence irréconciliable, d'un abîme qui est la condition d'une compréhension enfin équilibrée de ce qu'on appelle "nature". Le monde non-humain n'est pas un ami en attente de soin, ou un territoire réclamant notre attention; il est un univers autre, dont le caractère incontrôlable et imprévisible requiert d'abord une reconnaissance et une acceptation. Nous ne nous réconcilierons pas avec la nature. Au mieux, un jour, nous apprendrons à vivre avec.