"Radio Suicide"

Mais que se passe-t-il donc en Suisse? Comment expliquer l'agitation du moment? Depuis deux-trois ans, sur les bords du lac de Genève, la scène rap est en train de secouer le cocotier hip-hop francophone, avec une insouciance et une désinvolture bluffantes. Issu de la pépinière Color Records, membre du collectif Superwack (dans lequel on retrouve Di-Meh et Slimka, autres pions essentiels de l'échiquier hip-hop local), Makala est le dernier exemple de cette clique helvétique hyperkinétique. Premier album "officiel" du bonhomme, Radio Suicide est un véritable tour de force. Produit par l'impeccable Varnish la Piscine (...), le disque s'agite sur pas moins de 21 titres. C'est beaucoup. Voire trop? Généreux dans l'effort, Makala ne laisse heureusement jamais le temps de s'ennuyer. À la fois complètement foufou et maîtrisé, audacieux et limpide, Radio Suicide est d'une richesse réjouissante. Il peut passer d'un crooning soul charnel ( Hit Machine, Goatier, Margaret Dry), à une sortie plus purement funk ( Tante VV, Mc Enroe), tout en multipliant les séquences plus plombées et grésillantes ( Bankable, Civilisation, King Pistol). À certains moments, le Genevois se permet même de changer d'humeur musicale au cours d'un seul et même morceau ( Brigitte Barbade). La hola pour Makala!

Rap Distribué par Colors Records.

8