La rentrée sera riche (qui a dit saturée?), et ce dans tous ses compartiments de jeu. Le roman graphique avec de belles choses très attendues: l'événement Emil Ferris et son Moi, ce que j'aime, c'est les monstres chez Toussaint Louverture, le Malaterre de Pier...

La rentrée sera riche (qui a dit saturée?), et ce dans tous ses compartiments de jeu. Le roman graphique avec de belles choses très attendues: l'événement Emil Ferris et son Moi, ce que j'aime, c'est les monstres chez Toussaint Louverture, le Malaterre de Pierre-Henry Gomont chez Dargaud, les derniers opus de Tofépi ou Lumineau à L'Association, Cyril Pedrosa et son Âge d'Or chez Dupuis, l'étrange Sherlock Frankenstein que nous promet Jeff Lemire chez Urban, le retour de Luz chez Futuro... Même embouteillage prometteur au niveau des suites ou fins de (mini-)séries: le troisième et sans doute dernier Moi, René Tardi, un quatrième Supermurgeman du désormais cinéaste Mathieu Sapin, un huitième Chat du Rabbin de Sfar, un Moi, fou qui semble faire suite à Moi, Assassin du duo Altarriba-Keko chez Denoël Graphic. Et on rajoute à ça la catégorie des "héros par..." et reprises, toujours en forme: Spirou ou l'espoir malgré tout d' Émile Bravo, un Alix écrit par David B., un 25e Blake et Mortimer au dessin confié au duo Teun Berserik-Peter Van Dongen, l'ultime XIII Mystery signé Van Hamme et Grenson, mais surtout, enfin, le Tif et Tondu de Blutch et le Blueberry de Blain! Et on ne cite ici que les plus attendus (avec le retour des Nombrils de Delaf et Dubuc, pour les plus jeunes, en novembre).