On nous l'avait promise chargée jusqu'à la garde, presque impossible à aborder pour cause de saturation. Après les nombreuses douches froides qui se sont déversées sur le secteur culturel, il apparaît que la rentrée plastique ne se fera pas aussi grosse que le boeuf. Déception? Non, on en profiter...

On nous l'avait promise chargée jusqu'à la garde, presque impossible à aborder pour cause de saturation. Après les nombreuses douches froides qui se sont déversées sur le secteur culturel, il apparaît que la rentrée plastique ne se fera pas aussi grosse que le boeuf. Déception? Non, on en profitera pour voir moins mais mieux. Au rayon des incontournables, outre la 13e édition du Brussels Gallery Weekend (du 03 au 06/09), on pointera Gauthier Hubert qui a les honneurs de trois expositions, l'une à la galerie Irène Laub (du 03/09 au 17/10), deux autres au Botanique (du 02/09 au 27/09 et du 15/10 au 15/11). L'occasion est belle pour découvrir un peintre vivant totalement son art. Dans ce même créneau d'artistes habités, on notera aussi la présence de Koenraad Tinel à la galerie DYS, du 03/09 au 18/10. Archangel consiste en une présentation de sculptures et d'oeuvres sur papier récentes. Du côté des expositions collectives, on inscrira sur les tablettes: Belgian Women (du 04/09 au 07/11), une proposition autour de cinq talents féminins ayant exploré l'abstraction sous nos latitudes, de Marthe Wéry à Gisèle Van Lange. Il n'y a pas que La Patinoire Royale qui signe une monstration à entrées multiples, il faut également souligner l'alléchant programme de Inspire, événement qui sacrera, du 18/09 au 28/11, les 50 ans de l'Iselp. Cimentée autour de la notion de la temporalité, l'affiche réunit des signatures prisées telles qu'Edith Dekyndt, David Claerbout ou Manon De Boer.