Grosse action sur l'art urbain en ce mois de mai à Bruxelles. Au centre de ces multiples initiatives, on trouve STROKAR, un label de création interdisciplinaire dédié au street art. Derrière celui-ci se cachent Alexandra Lambert -directrice du MAD Brussels- et Fred Atax -comédien, grand reporter et citoyen engagé dans de nombreuses actions humanitaires. Le duo a décidé d'inonder la ville sous la création urbaine. "Personnellement, je bouffe du street art depuis plus de 30 ans mais je constate ...

Grosse action sur l'art urbain en ce mois de mai à Bruxelles. Au centre de ces multiples initiatives, on trouve STROKAR, un label de création interdisciplinaire dédié au street art. Derrière celui-ci se cachent Alexandra Lambert -directrice du MAD Brussels- et Fred Atax -comédien, grand reporter et citoyen engagé dans de nombreuses actions humanitaires. Le duo a décidé d'inonder la ville sous la création urbaine. "Personnellement, je bouffe du street art depuis plus de 30 ans mais je constate qu'il y a encore beaucoup de gens qui ne le connaissent pas ou, c'est parfois pire, le méconnaissent", confie Fred Atax. Pour pallier ces lacunes, STROKAR -"heart stroke" en verlan mais également une allusion à "stroke", le coup de pinceau tel que l'affectionnait Roy Lichtenstein- a programmé un large éventail d'événements. Au centre de ceux-ci, Living in the positive, une exposition à l'Espace Vanderborght dont le scénario repose sur des oeuvres issues d'un regard croisé porté par une cinquantaine d'artistes, de Jef Aérosol à Denis Meyers, en passant par Jean-Luc Moerman, Jérôme Mesnager ou le collectif Farm Prod. Atax explique: "Le principe de cet accrochage qui va voyager à travers le monde consiste en ce que les signatures sollicitées interviennent sur de grands tirages, 1,10 m x 1,50 m, d'images noir et blanc. Il s'agit de photographies que j'ai prises dans différents endroits où la vie est sous tension. Bombes, pinceaux, marqueurs... Ils ont carte blanche pour remettre de la couleur sur les plaies ouvertes du globe." Ce n'est pas tout, dans la foulée de cet événement, STROKAR s'associe au JAM, un hôtel de la chaussée de Charleroi décoré par Lionel Jadot, pour donner à voir plusieurs fresques portant la signature de Parole, Jaune, Sunset, Cix, ou encore Bault. You want more? Inscrivez également dans vos tablettes qu'à la demande du tandem, l'artiste urbaine Kashink réalisera trois nouvelles fresques murales monumentales dans la capitale. Enfin, on notera que ce tandem qui a la promotion de l'art urbain dans son ADN a inauguré une nouvelle galerie, AllRighT. À partir du 1er juin, celle-ci offre un solo show à un pionnier new-yorkais en forme de légende: COPE2. WWW.STROKAR.BE LIVING IN THE POSITIVE, ESPACE VANDERBORGHT, 50 RUE DE L'ÉCUYER, À 1000 BRUXELLES. DU 18 AU 26/05. JAM HOTEL, 132 CHAUSSÉE DE CHARLEROI, À 1060 BRUXELLES, À PARTIR DU 20/05. WWW.JAMHOTEL.BE GALERIE ALLRIGHT, 98 RUE DE L'ENSEIGNEMENT, À 1000 BRUXELLES. À PARTIR DU 01/06.Michel Verlinden