Roger Brunel a toujours été un opportuniste: fin des années 70, le dessinateur français s'était fait connaître pour ses Pastiches, reprenant à la sau...

Roger Brunel a toujours été un opportuniste: fin des années 70, le dessinateur français s'était fait connaître pour ses Pastiches, reprenant à la sauce plus vulgaire qu'érotique les standards de la BD. Le voilà qui revient avec un trésor qui n'est pas de lui: en 1972, André Franquin avait relu et annoté un récit complet de treize pages que Brunel avait proposé chez Spirou. Soit quelques croquis, crayonnés et leçons de narration, tous inédits, qui en disent long sur le génie, l'humilité et la bonté du maître, et que Brunel et Glénat exploitent aujourd'hui pour en tirer un "album" de 48 pages. Gonflé, mais bien calculé: les amateurs de Franquin voudront forcément y jeter un oeil.