Jusqu'au 31 décembre, le Fan Museum de Londres propose une exposition en forme d'étrange croisement entre le street art et... l'éventail -oui, il s'agit bien de l'objet qui sert à produire du vent. Le pitch? Une cinquantaine de modèles pliables re...

Jusqu'au 31 décembre, le Fan Museum de Londres propose une exposition en forme d'étrange croisement entre le street art et... l'éventail -oui, il s'agit bien de l'objet qui sert à produire du vent. Le pitch? Une cinquantaine de modèles pliables revisités par des artistes urbains parmi lesquels on compte Jerome Mesnager, Codex Urbanus, Skeleton Cardboard ou encore Masai. L'événement fait également place au travail de Levalet. Inconnu au bataillon? Dommage car Charles Leval, dit Levalet (1988, Epinal), mérite davantage de notoriété. Pas la chance d'aller à Londres ou de croiser ses oeuvres en rue? No stress, un plan B existe: son site Internet qui constitue une initiation majeure à une pratique d'"illusion comique" dominée par le pochoir. L'intéressé met en scène des personnages dessinés à l'encre de chine dans l'espace public. Le tout à travers un jeu de dialogue visuel et/ou sémantique. Ultra-contextualisés, ses pochoirs interagissent avec la ville et se déploient dans des situations interpellantes. En plus de ce travail en extérieur, le Français signe des pièces calibrées pour être vendues en galerie, sans rien perdre de sa pertinence. Elles sont à faire défiler sous l'onglet "Inside". https://www.levalet.xyz M.V.