Girls in Peacetime Want to Dance. Les filles en temps de paix veulent danser: le titre du nouveau Belle and Sebastian (photo) est plus éloquent qu'un long discours. Avec son neuvième album, le groupe de Glasgow adulé pour sa pop de chambre, sa finesse lettrée et ses mélodies précieuses a décidé de se rapprocher du dancefloor. Comme pour conjurer le syndrome de fatigue chronique dont est atteint son leader Stuart Murdoch voire relever le défi que s'étaient lancé il y a dix ans ses sautillants compatriotes de Franz Ferdinand: faire danser les filles. Enregistré en six semaines à Atlanta avec le producteur Ben H. Allen (Cee Lo Green, Deerhunter, Animal Collective), Girls in Peacetime... emmène la bande à Murdoch sur des terres disco, europop et french touch où elle aurait mieux fait de ne pas s'aventurer. Pour preuve le vilain et très variétoche Play For Today avec la Dum Dum Girl Dee Dee Penny ou le vomitif The Power of Three. "Nous n'avions jamais sorti un disque avec ce genre de son auparavant", commentait sur The Quietus le batteur Richard Colburn qui expliquait avoir volontairement laissé quelques titres de l'album ouverts de manière à ce qu'Allen puisse y apposer sa griffe et affirmait parallèlement son intérêt pour la techno de Detroit, Derrick May et Juan Atkins...
...