Journaliste du service public radiophonique, la narratrice des Yeux Rouges dispose à la fois d'une petite notoriété et d'un physique "qui n'est pas de radio", comme disent les lourdingues. Via les réseaux sociaux, elle est abordée par un parfait inconnu. "Il s'appelait Denis. Il était enchanté. " Ainsi commence le livre, Myriam L...

Journaliste du service public radiophonique, la narratrice des Yeux Rouges dispose à la fois d'une petite notoriété et d'un physique "qui n'est pas de radio", comme disent les lourdingues. Via les réseaux sociaux, elle est abordée par un parfait inconnu. "Il s'appelait Denis. Il était enchanté. " Ainsi commence le livre, Myriam Leroy ( Ariane) usant dès le démarrage du style indirect libre, diablement efficace pour ausculter tout en les tenant à distance les propos de plus en plus cintrés d'un interlocuteur/admirateur numérique -tout en rendant au mieux le style ponctué de "Lol" et d'émoticônes propre aux échanges contemporains. Denis est un petit bonhomme rangé, qui ne semble palpiter que pour deux choses: badiner "en tout bien tout honneur" avec sa muse, et se fendre sur blog de billets orduriers portant sur tout ce qu'il déteste. Soit, pêle-mêle: féministes, journalistes, étrangers, gauchistes... Consciente pourtant du risque encouru, la future victime met le doigt dans un engrenage qui la verra livrée en pâture, montages photographiques dégradants en prime, à la petite communauté abjecte des frustrés, élevés à l'ombre de leurs claviers. Jusqu'à perdre pied -sa carrière, son compagnon, et jusqu'à sa santé mentale. Si l'intrigue suit malheureusement le fil prévisible de ces nouvelles curées 2.0 (son lecteur n'y sera que rarement surpris), Myriam Leroy s'attaque ici, avec efficacité, à un sujet d'une redoutable actualité -insistant en particulier sur la coupable mollesse des proches, l'air vicié du "tu l'as un peu cherché" et la plus extrême solitude sous les tempêtes de boue.