Tourné en 1958 par un Richard Fleischer auréolé notamment du succès de 20 000 lieues sous les mers, The Vikings reste l'un des sommets incontestés du cinéma d'aventures, alliant grand spectacle, souffle épique et exécution magistrale. L'action se situe au Xe siècle, alors que les Vikings assiègent l'Angleterre, sous la conduite du redoutable Ragnar. Leq...

Tourné en 1958 par un Richard Fleischer auréolé notamment du succès de 20 000 lieues sous les mers, The Vikings reste l'un des sommets incontestés du cinéma d'aventures, alliant grand spectacle, souffle épique et exécution magistrale. L'action se situe au Xe siècle, alors que les Vikings assiègent l'Angleterre, sous la conduite du redoutable Ragnar. Lequel tue le roi et viole la reine Enid, Eric, l'enfant en résultant, étant dissimulé afin d'échapper à une mort certaine. Et d'échouer, des années plus tard, comme esclave dans le village de Ragnar, une haine farouche l'opposant bientôt à Einar, le fils de ce dernier; rivalité exacerbée encore lorsque les deux demi-frères tombent amoureux de la même femme, la princesse Morgana, future reine d'Angleterre... Le duel de Tony Curtis et Kirk Douglas sur le donjon du fort la Latte pour les beaux yeux de Janet Leigh, Ernest Borgnine acceptant la mort au cri tonitruant d'Odin, les drakkars vikings émergeant de la brume, la course sur les rames... The Vikings regorge de scènes d'anthologie ayant ébloui des générations de spectateurs. L'édition collector en haute définition que propose Rimini rend justice à ce classique, assurément l'un des meilleurs films de Richard Fleischer qui en évoque le tournage en bonus -insistant notamment sur le souci d'authenticité qui présida à l'entreprise. Le réalisateur est également l'objet d'un livre intéressant, L'énigme Richard Fleischer, retraçant par le menu le parcours chahuté d'un artiste trop souvent mésestimé, à qui l'on doit pourtant les formidables The Narrow Margin, The Boston Strangler et autre Soylent Green, pour n'en citer que quelques-uns. Un must.