C'est peu dire que l'ombre du Voyage de Chihiro, film du grand maître de l'animation Hayao Miyazaki plane sur la nouvelle histoire de Camille Jourdy. Du Japonais, elle a avant tout appliqué le principe d'un récit tous publics: celui-ci, apparemment destiné aux enfants, renferme une double lecture qui permettra aux adultes d'y trouver également leur compte. Or donc: Jo, petite fille d'une huitaine d'années, part explorer les bois qui entourent la clairière où son père, sa belle-mère et ses deux "nouvelles" grandes soeurs ont installé les tentes pour le camping. Plutôt solitaire, la gamine n'a pas peur de s'enfoncer dans la forêt. Elle tombe sur deux lutins montés sur des chevaux miniatures. Loin d'être intimidée, elle se met à cuisiner les deux étranges personnages et en profite pour étaler sa vie. Ceux-ci, surpris d'être vus par l'enfant, tentent de l'ignorer. En vain, Jo les suit dans leur village. Là, on apprend que les deux cavaliers étaient partis en éclaireur au château de l'empereur Matou qui a emprisonné la moitié des habitants de la forêt. Profitant d'un bal masqué organisé par l'impérial félin, une troupe composée de villageois encore libres, en plus de Jo, vont tenter de délivrer les malheureux. Tout ne se déroulera évidemment pas comme prévu, prétexte de l'autrice pour nous balader dans ce pays enchanté. Camille Jourdy crée une palette de personnages touchants, mais surtout très drôles, parfois même délicieusement crétins, comme Ponpon, une espèce de bichon à six pattes complètement obnubilé par son apparence et sa grand-mère décédée. L'autrice ne tombe jamais dans le gnangnan, ni quand Jo évoque ses difficultés relationnelles avec ses demi-soeurs, ni quand les parents et les enfants sont séparés par l'ignoble chat. Ne boudons donc pas notre plaisir et plongeons sans crainte dans ce très chouette récit jeunesse.

De Camille Jourdy, éditions Actes Sud. 160 pages.

8