Attention! Ceci n'est pas une bande dessinée. Le lecteur averti l'aura remarqué en feuilletant l'ouvrage sur l'étal du marchand. Ce n'est pas non plus un guide touristique. Ce serait plutôt une compilation des longues promenades que l'autrice fit durant son séjour de plus de dix ans dans la ville de New York. Arrivée en 2006, Julia Wertz se sent bien dans l'ambiance névrosée et frénétique de la grande pomme. Après un an d'adaptation, de recherche d'un logement, de travail acharné sur ses BD autobiographiques et de picole solitaire, la Californienne d'origine décide de partir en exploration. Fascinée par les bâtiments abandonnés, elle visite d'abord le site de l'exposition universelle de 1964, égratignant au passage les magouilles à la base du projet. Elle explore ensuite le cimetière de bateaux de Staten Island où des carcasses de navires finissent de pourrir dans l'eau de la rivière. Elle vous parlera plus loin des stations de métro désaffectées, racontant au passage l'Histoire des transports souterrains de la ville. Beaucoup de pages du livre sont consacrées à l'évolution du paysage des rues tout au long de ce XXe siècle, essentiellement à Brooklyn, Manhattan et dans le Queens. Entre la disparition des cinémas X, des boutiques de cigares, des librairies... la passionnée d'Histoire vous raconte le destin de "Mary la typhoïde", donne la recette de l'egg cream, décrit le nettoyage des rues de la ville... au risque par moment de perdre le lecteur. Reste que ce guide particulier est idéal pour explorer les chemins de traverse d'une Manhattan devenue au fil du temps la rue des Bouchers, la place du Tertre et la place St-Marc réunies. Lisez-le avant votre départ, prenez des notes (il pèse tout de même 1,3 kg) et apprêtez-vous à marcher 25 km dans des coins que sans doute même les New-Yorkais ne connaissent pas.

De Julia Wertz, éditions de L'Agrume, 288 pages.

6