En 2015, lors de la Coupe du monde de rugby, la petite équipe du Japon réussit à sortir les redoutables Springboks sud-africains à l'issue d'un match gavé de suspense et de tension. Oubliant sa réserve légendaire, une b...

En 2015, lors de la Coupe du monde de rugby, la petite équipe du Japon réussit à sortir les redoutables Springboks sud-africains à l'issue d'un match gavé de suspense et de tension. Oubliant sa réserve légendaire, une bonne partie de la population explose de joie et les scènes de la victoire côtoient celles de liesse sur tous les écrans de télé nippons. Au départ de cet événement aux antipodes des idées habituellement collées sur le Japon, la jeune réalisatrice Charlotte de Champfleury propose une incursion au coeur de son âme insulaire et singulière, une exploration de sa culture, de son rapport aux arts martiaux ou aux sentiments. Elle fait alterner des images du quotidien qui rappellent la poésie des mangas de Taniguchi avec les interventions des héros de 2015, de supporters ou encore de la sociologue Muriel Jolivet. Une qualité sonore inégale et ses curieuses interventions en voix off, sous les traits dessinés d'une improbable journaliste fictive, font parfois basculer le propos, au départ touchant, dans l'étrange et l'anecdotique.