Ils sont fils et filles de bijoutiers, de publicitaires, de directeurs financiers. On est en 2003 et ils étudient au lycée Victor Duruy. Le seul lycée public du VIIe arrondissement, quartier parmi les plus huppés de Paris. Depuis ...

Ils sont fils et filles de bijoutiers, de publicitaires, de directeurs financiers. On est en 2003 et ils étudient au lycée Victor Duruy. Le seul lycée public du VIIe arrondissement, quartier parmi les plus huppés de Paris. Depuis lors, chaque année, pendant 13 ans, Julie Gavras (la progéniture de Costa et la frangine de Romain) les a rencontrés chez eux ou chez leur prof d'Histoire. Elle les a fait parler surtout. De leur famille, de leurs aspirations, des vacances au Kenya, en Égypte et aux Seychelles. Puis de leurs études supérieures. De la pression qu'ils se mettent sur les épaules et de l'exemple intimidant de leurs parents. Qui sont et que veulent ces jeunes garçons et filles nés avec une cuillère en argent dans la bouche, pour reprendre une expression consacrée? C'est ce qu'ils racontent devant la caméra de Gavras ( La faute à Fidel). On voit les visages changer, les humeurs et les aspirations aussi. Puis le poids de l'éducation bourgeoise et les débuts difficiles dans le monde du travail. Nuancé, touchant, questionnant, énervant... Bienvenue dans les quartiers chics et la dure vie des élites.