Les belles personnes sont multiples. Ça peut être une professeure qui continue de prendre des nouvelles de ses élèves bien après leur passage dans sa classe, un inconnu qui éclaire chaque matin de sa bonne humeur votre abribus, une voisine que l'on prend pour une joyeuse sorcière tant elle use de mixtures diverses, ...

Les belles personnes sont multiples. Ça peut être une professeure qui continue de prendre des nouvelles de ses élèves bien après leur passage dans sa classe, un inconnu qui éclaire chaque matin de sa bonne humeur votre abribus, une voisine que l'on prend pour une joyeuse sorcière tant elle use de mixtures diverses, un frère schizophrène qui n'ose pas prendre votre nouveau-né dans les bras, un vieux monsieur qui répare les jouets des gamins du quartier, un éboueur-chanteur, et même un chien qui deviendra peut-être chien d'aveugle. Autant d'inconnus qui gagneraient à être connus, et pour lesquels Chloé Cruchaudet avait fait un appel à contributions, invitant les gens à lui raconter leur belle personne. En reste quatorze témoignages, dont le sien, bouleversant, regroupés et retranscrits dans leur intégralité à la fin de ce livre aussi beau que les personnes qu'il évoque, mais qu'elle a transformés, parfois beaucoup, parfois à peine, en courts récits différents entre eux -l'auteure de Ida, de Mauvais genre et de La Croisade des innocents y adapte chaque fois son traitement graphique pour rester au plus près des émotions souvent fortes qu'elle avait ressenties au moment de les lire. En reste un livre atypique et éminemment touchant, " exercice d'admiration envers des personnes discrètes" et ode très subjective aux héros inconnus qui n'ont pas conscience de l'être. Comme quoi les bons sentiments peuvent, parfois, donner aussi de bons livres. Même les cyniques se surprendront à aimer Les Belles Personnes!