Si le 21e siècle se cherche une héroïne, on lui conseille d'aller jeter un oeil du côté de Lee Krasner (1908-1984). Son histoire est exemplaire. Elle est celle d'une femme dont la famille arrive à New York pour échapper à l'antisémitisme en Ukraine. Dans la foulée de cette installation aux États-Unis, Lena, son véritable prénom, s'est inventée peintre, à la force des bras. Cela n'a pas été une mince affaire à une époque où le machisme pesait de tout son poids sur la création. À cet égard, on pointera une courte interview montrée dans l'exposition au cours de laquelle l'intéressée explique que la reconnaissance la plus satisfaisante qu'elle ait pu ...