Il faut redécouvrir ce film, devenu rare, de cet excellent réalisateur qu'était Louis Malle. Jean-Paul Belmondo y joue un cambrioleur qui revient sur sa trajectoire alors même qu'il est en train de commettre un vol....

Il faut redécouvrir ce film, devenu rare, de cet excellent réalisateur qu'était Louis Malle. Jean-Paul Belmondo y joue un cambrioleur qui revient sur sa trajectoire alors même qu'il est en train de commettre un vol. Librement adapté du roman de Georges Darien par Malle, Jean-Claude Carrière et Daniel Boulanger, Le Voleur nous emmène à la fin du XIXe siècle, de Paris à... Bruxelles, sur les traces d'un hors-la-loi ennemi des pouvoirs, de la bourgeoisie, des possédants. Un personnage auquel le cinéaste s'identifie, nous livrant un de ses films les plus personnels et les plus subversifs. Le réalisateur fêté d' Au revoir les enfants, du Souffle au coeur et de Lacombe Lucien épouse la révolte, l'élan mais aussi la mélancolie du héros. Il trace aussi le portrait en mouvement d'une certaine France. Le tout dans un style sobre, sec, épuré. Un film passionnant, à l'atmosphère très particulière et au propos éveillant encore de nombreux échos un demi-siècle après sa réalisation.