La littérature ne s'intéresse encore que trop rarement à la culture hip-hop, et encore plus rarement au rap français. Il faut donc passer par la littérature du réel telle que la présentent et la défendent les éditions Marchialy pour en trouver une trace, mais quelle trace! Le Rugissant retrace ainsi la vie -et la mort brutal...

La littérature ne s'intéresse encore que trop rarement à la culture hip-hop, et encore plus rarement au rap français. Il faut donc passer par la littérature du réel telle que la présentent et la défendent les éditions Marchialy pour en trouver une trace, mais quelle trace! Le Rugissant retrace ainsi la vie -et la mort brutale- de Marc Gillas, aka Rud Lion, figure incontournable et polémique des débuts de la scène rap en France, dès la fin des années 80. Claviériste, producteur, manager, rappeur, il fut de tous les bons plans underground, du groupe Expression Direkt à la Mafia K'1 Fry en passant par Ghetto Youth Progress, multipliant les projets avec Tonton David, Rohff, voire même Bashung (avec lequel il participa à l'écriture de Ma petite entreprise). Mais Rud Lion, originaire de la banlieue de Vitry-sur-Seine, était aussi un vrai "bad guy", sanguin, proche du fameux gang des Requins Vicieux, habitué des coups de poing, des trafics et des séjours en prison -" Au pays des malhonnêtes, Marc est le plus malhonnête", écrit ainsi Raphaël Malkin, journaliste au magazine très branché et très parisien Society, qui a récolté des dizaines de témoignages avant de les digérer et d'en tirer un récit aussi documenté que très personnel, n'hésitant pas à mettre de la fiction et du verbe entre deux faits incontestables. Un récit chronologique, de 1984 jusqu'à son assassinat en 1999, qui retrace donc le parcours d'un surdoué en colère, mais aussi toute une époque du rap français, où l'art de la rue encore naissant et la culture des bas-fonds se mêlaient de banditisme.