1976. Espérant trouver sa place dans le monde, un jeune Français se rend à Vienne pour travailler en tant que commis dans une librairie. Hébergé par la famille Rollett, il est rapidement adopté par la mère, Fanny, ex-professeure de chimie dirigeant une florissante entreprise de prothèses, ainsi que par son fils aîné Arm...

1976. Espérant trouver sa place dans le monde, un jeune Français se rend à Vienne pour travailler en tant que commis dans une librairie. Hébergé par la famille Rollett, il est rapidement adopté par la mère, Fanny, ex-professeure de chimie dirigeant une florissante entreprise de prothèses, ainsi que par son fils aîné Armin, diplomate fantasque rajustant un monocle imaginaire. Quittant sa défroque adolescente, délesté de l'esprit gaulois, l'exilé volontaire se passionne avec gourmandise pour l' homo austriacus. Afin de parfaire son éducation, il peut compter sur le Professeur Stern, docteur en physique et psychanalyste, ainsi que sur sa femme Esther, éternel féminin dont il s'éprend comme le héros du Pandora de Nerval. Lumière chatoyante, souci du costume, maintien élégant... C'est avec une minutie d'orfèvre que Dominique Pagnier ( Le Cénotaphe de Newton) orchestre un roman foisonnant où l'érudition n'a d'égale que la fantaisie. Ici quelques plans méticuleux, comme choisis par Wes Anderson, dévoilent la fiancée du héros affectée d'un penchement après avoir vécu dans une maison de guingois où son père s'adonne dans les combles à sa passion des trains miniatures. Là, surgis de la série des Sissi, les alpages romantiques de Bad Gastein ou le chaudron de l'opéra abritent les obsessions temporelles chères à Christopher Nolan. De montagne radioactive en perturbations de la mécanique des flux, entre Musset, Schubert et Max Planck, Pagnier entraîne son lecteur dans l'attraction cosmique de la valse. Toupie or not toupie? Vertigineux.